Nombre total de pages vues

lundi 14 mars 2011

EL PERDIDO (1961)

(The last sunset). 1961. USA. En couleurs.
Un film de Robert Aldrich
Avec Dorothy Malone (Belle Breckenridge), Kirk Douglas (Bren O' Malley dit "El Perdido), Rock Hudson (Dana Stribling), Joseph Cotten (John Breckenridge), Carol Linley (Missy) et Neville Brand (Frank Hobbs).
 

LE RESUME:
Brendan O'Malley, un homme en fuite vers le Mexique, s'arrête sur le chemin chez Belle Breckenridge. C'est une femme qu'il a connu, il y a de nombreuses années mais dont il resté amoureux. Belle est mariée à John Breckenridge et elle a aussi une fille de seize ans: Missy.
Arrive au ranch, le shérif Dana Stribling qui est chargé de ramener O'Malley au Texas pour meutre. Il ne parle pas de ses intentions à la famille Breckenridge.
John demande au deux hommes de l'accompagner car il doit amener son bétail vers le Texas. Stribling, accepte, trouvant la une bonne occasion de garder l'oeil sur O' Malley et en plus il n'est pas indifférent aux charmes de Belle.
Quand a O'malley il est troublé par Missy qui lui rappelle tellement Belle, 16 ans plus tôt.
Pendant le voyage , dans un saloon, John Breckenridge est tué.
2 hommes, 2 femmes... combien de possibilités?
LA CRITIQUE:
Robert Aldrich revait d'un grand film qui marquerait les esprits, d'une épopée dans l'ouest aux allures de tragédie grecque. Doté d'un bon scénario, d'un casting brillant et d'un budget confortable, la montagne accouche pourtant d'une souris. Le film est un échec tant financier qu'artistique. Que ce soit les scènes romantiques, ou les moments d'action, tout tombe à plat.
Bref, quel gachis d'avoir autant de belles cartes en mains pour un résultat final aussi médiocre.
2 hommes, 2 chevaux... combien de possibilités... ah non pardon
LA NOTE: 8/20
LE PLUS: Kirk Douglas, qui fait du kirk Douglas, mais qui le fait tellement bien.
LE MOINS: Rock Hudson dans un rôle certes ingrat à le charisme d'un rouleau de scotch.
L'ANECDOTE: A 94 ans, Kirk Douglas est le seul acteur encore vivant de l'age d'or du Western (les années 50-60). Par chance, c'est certainement le meilleur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire